Actions zone euro : Perspectives fin d’année 2017

Actions zone euro : Perspectives fin d’année 2017

Après un bon début d’année jusqu’à début mai, les indices actions de la zone euro ont depuis restitué environ la moitié de leurs gains 2017. La hausse depuis le début de l’année de l’indice EuroStoxx est à ce jour de l’ordre de 9% en tenant compte des dividendes (au 8 septembre 2017). Traditionnellement, la période septembre-octobre peut être agitée mais la fin d’année est souvent meilleure. Quel peut être donc l’objectif des actions de la zone euro pour la fin d’année 2017 ?

Observons en détails la situation économique et financière actuelle au prisme de notre méthode d’allocation d’actifs MMS (Montpensier Market Scan). Cette dernière consiste à analyser le contexte selon 4 piliers complémentaires.

Pilier 1 : Momentum Macro-Economique

Notre indicateur MMS de Momentum Economique appliqué à la zone euro est actuellement proche de ses plus hauts historiques à 85 (échelle de 0 à 100, au 31 août 2017). Par ailleurs, la forte synchronisation actuelle des économies émergentes et développées (à l’exception du UK) porte l’indicateur de Momentum Economique Mondial à son plus haut historique à 81 (au 31 août 2017). De plus, le momentum de surprises économiques reste en territoire positif en zone euro (Citi Surprise Index Eurozone à 28 au 31 août 2017) bien qu’en retrait par rapport aux observations du printemps.

(Observations du 31 août 2003 au 31 août 2017). Une telle situation (Momentum Eco > 75 et Indicateur de Surprises > 25) a en moyenne historique permis au marché de progresser de 4.2% sur les 4 mois qui suivent.

Sources : Bloomberg / Montpensier Finance au 31 août 2017

L’indicateur MMS de Momentum Économique est une mesure propriétaire de Montpensier Finance qui prend en compte les dernières publications du chômage, des ventes de détail, de la balance commerciale, de l’indicateur avancé du PIB, de la confiance du consommateur, du PMI, de la confiance économique et de la production industrielle.

Pilier 2 : Dynamique monétaire

Notre indicateur MMS des conditions monétaires appliqué à la zone euro est actuellement proche de ses plus hauts historiques à 85 au 31 août 2017 (échelle de 0 à 100).  Cela illustre un degré d’accommodation monétaire élevé en zone euro équivalent à ce que l’on avait pu constater début 2012 après la crise des souverains de 2011. Le QE permet à la BCE d’augmenter son bilan de 25% par an. Par ailleurs, le niveau des taux longs et courts est tel que les taux réels sont très proches de leurs plus bas niveaux historiques. La faiblesse du dollar est néanmoins un frein monétaire. Sur la base des observations historiques depuis 2005, les pics d’accommodation monétaire ont systématiquement provoqué des rallyes haussiers sur les indices actions (voir graphe ci-dessous).

Ainsi depuis 2005, la performance prospective 4 mois du marché a été de 4.6% en moyenne quand l’indicateur MMS des Conditions Monétaires Euro était supérieur à 85.

Sources : Bloomberg / Montpensier Finance au 31 août 2017

L’indicateur MMS des Conditions Monétaires est une mesure propriétaire de Montpensier Finance calculée mensuellement à partir de la variation de la masse monétaire, de la taille du bilan de la Banque Centrale ainsi que du niveau des taux réels court terme et long

Pilier 3 : Valorisation

Le PER 12 mois prospectif de l’EuroStoxx est de 14,2x, proche de sa moyenne historique. Toutefois, en raison de la faiblesse des taux, le différentiel de rendement entre les actions et les obligations souveraines allemandes 10 ans est à un niveau historiquement attractif pour les actions. Le spread de rendement des actions (vs Bund) est en effet aujourd’hui de 6.6% contre une moyenne historique de 4.5% depuis 1998 (au 7 septembre 2017). Par ailleurs, pour la première fois depuis 6 ans, les résultats des entreprises européennes ont renoué avec la croissance. Selon le consensus des analystes (source Factset), la croissance bénéficiaire est attendue à +16,8% en 2017 et +8,7% en 2018 (au 7 septembre 2017).

Enfin, le momentum de révision des analystes est orienté légèrement à la hausse, attention toutefois à ce que la hausse de l’Euro ne remette pas en cause ce constat.

Sources : Factset / Montpensier Finance au 7 septembre 2017

Pilier 4 : Dynamique

Saisonnalité : La période de septembre à mi-octobre est souvent très volatile. Elle est généralement suivie d’une période plus favorable de mi-octobre à décembre.

Flux : les flux internationaux sont de retour, les actions européennes ont en effet aligné 6 semaines consécutives de collecte cet été avant d’observer de légers retraits la dernière semaine d’août.

Configuration : La correction récente de l’ordre de -5% apparaît à ce stade comme une légitime consolidation après la hausse des actions de la zone Euro quasi linéaire de plus de 35% depuis le référendum de juin 2016 sur le Brexit (au 31 août 2017). Cette correction correspond au premier niveau de retracement de Fibonacci (les 23% de ce mouvement).

En cas de poursuite de rechute, le prochain niveau de retracement se situe autour de 3300 (5% de baisse supplémentaire dans ce cas). Notons par ailleurs que le marché n’est pas loin de la moyenne mobile 200 jours (niveau à 3400).

Source : Bloomberg au 31 août 2017

Conclusion

Il apparaît que la situation économique et monétaire semble positive pour les actions européennes à horizon fin de l’année. Nous n’excluons pas quelques risques à très court terme dans une période souvent volatile, et si tel devait être le cas, une correction supplémentaire des marchés actions zone euro apparaîtrait comme une opportunité de renforcement en vue d’un rallye de fin d’année. Nous sommes toutefois conscients des risques politiques et géopolitiques qui pourraient à tout moment remettre en cause nos vues. A la hausse, les 2 grands niveaux d’objectifs pour l’EuroStoxx 50 à avoir à l’esprit sont la zone 3650 (haut de 2017) et 3830 (haut de 2015).

Sur le fondement de l’ensemble des éléments ci-dessus, hors « cygnes noirs », une hausse de 4 à 6% des actions européennes est envisageable pour la fin 2017.