Interview M CONVERTIBLES de Bastien Rapoport et Julien Coulouarn sur H24

24 novembre 2017

Interview de Bastien Rapoport et Julien Coulouarn, gérants de M Convertibles chez Montpensier Finance

Publié le 19 octobre 2017,  

Bastien Rapoport et Julien Coulouarn , gérants obligations convertibles 

 

H24 Finance : Beaucoup d’investisseurs connaissent mal les obligations convertibles. Pouvez-vous nous rappeler de quoi il s’agit, ainsi que leur intérêt par rapport aux obligations classiques ?

Bastien Rapoport et Julien Coulouarn : Quand vous investissez dans une Obligation Convertible vous achetez une dette de l’entreprise émettrice, de même qualité que ses obligations classiques, et vous avez l’option de décider d’être remboursé en actions si c’est plus intéressant pour vous. Et cette option a une vraie valeur tout au long de la durée de vie de l’Obligation Convertible.

L’intérêt pour l’investisseur est donc d’avoir la possibilité de participer à la hausse des marchés actions tout en ayant la protection à la baisse propre à une obligation. Les Obligations Convertibles pures (notre SICAV M Convertibles ne fait ni options ni synthétiques) bénéficient aussi de clauses attractives qui permettent de bénéficier des primes offertes lors des OPA/OPE et de tout ou partie des dividendes versés par les actions sous-jacentes.

 

H24 Finance : Comment se comporte globalement le marché des obligations convertibles depuis le début de l’année en termes de performances ?

Bastien Rapoport et Julien Coulouarn : Les obligations convertibles européennes ont parfaitement rempli leur contrat depuis de le début de l’année. Avec une sensibilité actions théorique d’environ 40%, l’indice ECI Euro progresse de 5,41% à fin septembre soit environ 60% de la progression de l’Eurostoxx 50. Et avec une volatilité de 4,1% vs 10,9% !

Le marché primaire a aussi été très actif. Il y a eu 40 nouvelles émissions depuis le début de l’année. C’est un marché qui se renouvelle en permanence et qui s’est fortement diversifié ces dernières années à la fois en termes de taille de capitalisation boursière que de secteurs ou de notation crédit.

Ces nouvelles émissions permettront de participer notamment à l’évolution future de Kering, Korian, Elis, Michelin, GN Store (leader nordique des solutions audio), Covestro (spin-off de Bayer spécialisé dans les polymères) ou Symrise (chimiste de spécialité allemand).

 

H24 Finance : Quelles raisons devraient selon vous convaincre les investisseurs de s’intéresser davantage à cette classe d’actifs ?

Bastien Rapoport et Julien Coulouarn : Les obligations convertibles doivent être considérées comme une classe d’actifs à part entière. C’est une brique qui a sa place à long terme dans toute allocation diversifiée. La performance annualisée de l’ECI Euro depuis 1996 est de 6,3% à fin septembre contre 6,7% pour l’Eurostoxs 50 DNR mais avec une volatilité de seulement 8,2% alors que celle de l’indice actions est de 23,1%. L’écart de performance annualisée est donc faible pour une volatilité 3 fois inférieure !

Le comportement des convertibles dans les phases de baisse des marchés est particulièrement intéressant. En moyenne, sur les 12 dernières périodes de repli du marché européen depuis 2010, les convertibles n’ont participé qu’à 1/3 de la baisse.

On voit donc bien que sur longue période, les obligations convertibles permettent d’accrocher un pourcentage significatif de la hausse des marchés actions tout en fournissant une bonne protection à la baisse.

 

H24 Finance : Quelles sont les opportunités et les risques à l’heure actuelle sur les convertibles ? La classe d’actif est-elle particulièrement concernée par le risque de remontée des taux ?

Bastien Rapoport et Julien Coulouarn : Avec une maturité moyenne de 3.6 ans, la Sicav M Convertibles affiche une sensibilité obligataire de seulement 2,2. C’est-à-dire que pour 100bp de hausse des taux, la baisse théorique liée à cette dernière serait de 2,2%. C’est parfaitement acceptable au regard du risque porté par les investisseurs sur les obligations classiques !

Par ailleurs, du fait de la composante optionnelle actions, lors des 10 dernières périodes depuis 1996 où les taux à 10 ans américains ont progressé de plus de 100bp, l’indice ECI a à chaque fois affiché une performance positive.

Dans un environnement où la volatilité est très basse, la Volatilité Implicite des obligations convertibles européennes est de 5 points inférieure à sa moyenne des 13 dernières années et 8 points inférieures à celle des convertibles américaines.

En conclusion, les investisseurs institutionnels qui reviennent sur cette classe d’actifs paraissent considérer la situation de marché actuelle comme un bon point d’entrée.

 

Propos recueillis par H24 Finance.

 

LES CHIFFRES CITES ONT TRAIT AUX ANNEES ECOULEES. LES PERFORMANCES PASSEES NE SONT PAS UN INDICATEUR FIABLE DES PERFORMANCES FUTURES. L’OPCVM présente un risque de perte en capital. La présente communication ne constitue ni une offre d’achat, ni une proposition de vente, ni un conseil en investissement. Les valeurs citées ne figurent pas nécessairement dans les portefeuilles des OPCVM gérés par Montpensier Finance, et ne constituent en aucun cas une recommandation d’investissement ou de désinvestissement. Il est recommandé, avant tout investissement, de LIRE ATTENTIVEMENT LE DICI ET LE PROSPECTUS DE L’OPCVM souscrit, disponibles chez Montpensier Finance et sur www.montpensier.com.